Sélectionner une page

ATELIER DE CONTACT IMPROVISATION

– approfondissement de la pratique –

© Maryline Jacques

JEUDI 18h-20h Gymnase Breguet

dernier atelier le 21 décembre / reprise le 11 janvier 2024

Atelier pour danseuses et danseurs ayant déjà un bon nombre d’années de pratique de contact improvisation et ayant envie d’affiner leurs capacités à s’orienter et à faire des choix dans des situations de chute et d’envol partagés et imprévus.

Nous prendrons appui sur :

– une tranquillité à donner, recevoir, partager du poids dans des contextes dynamiques

– le plaisir de nourrir des relations sensibles d’écoute réciproque, même en situation de déséquilibre

– la joie de parfois arrêter d’être le centre du monde pour en faire juste partie

– une disponibilité fine aux potentiels en puissance

– l’expérience d’être traversé et mû par des courants intenses et imprévisibles, sans pour autant en perdre ni ses moyens, ni son intégrité

– le courage de perdre certains des repères que l’on se donnait et de plonger physiquement dans l‘inconnu – de chuter, quoi!…

– l’étonnement de la multiplicité des appuis qui s’offrent à nous, une fois que l’on a accepté de ne plus les maîtriser

– l’aptitude à déployer des avenirs communs et à rêver à deux …

Tout un programme !…

Deux petites citations de François Roustang extraites de Qu’est-ce que l’hypnose? pour accompagner cette proposition …

« Que veut dire ne rien attendre, être dans la pure attente ? Cela signifie s’attendre à tout et à n’importe quoi. Ce n’est pas une attente vide, c’est une attente qui délibérément se vide, justement pour rester en contact avec tous les possibles et se rendre capable de les laisser advenir. »

« Comme l’imagination est anticipation de l’agir dans le monde, elle passe toujours par le corps, interface de l’intérieur et de l’extérieur. Anticiper, c’est laisser au pouvoir organisateur, par le médium de l’imagination, le soin de constituer le corps propre en fonction de l’environnement. L’anticipation ne serait pas réelle si elle ne s’appuyait sur l’imagination qui imagine le corps propre et, par son intermédiaire, l’environnement et les intentions de l’autre. »

NOTE :

Cet atelier n’est pas destiné aux personnes découvrant ou pratiquant depuis quelques années seulement le Contact Improvisation : le cours de mercredi 17h-19h leur est destiné, car il est ouvert à tous niveaux d’expérience (http://lolm.eu/ci-breguet/).

L’atelier du jeudi est destiné aux personnes étant déjà à l’aise avec les chutes, les portés dynamiques (dans les deux rôles), les passages sur les mains, l’écoute du prémouvement, du dialogue tonique, …

L’existence de deux ateliers – avec des niveaux d’engagement physique différent – vise à créer les conditions d’apprentissage à la fois les plus stimulantes, mais aussi les plus sécures pour chacun.e selon ses ressources. Si vous n’êtes pas sûr.e de l’atelier qui vous conviendrait le mieux, venez un mercredi !

Informations pratiques

 

Qui ?

Catherine Kych danse depuis bientôt trente-cinq ans. La danse classique est son fil conducteur, mais à la recherche d’espaces de liberté, de jeu et de partage, elle a plongé en 2007 dans le contact improvisation. Elle s’est enthousiasmée pour cette pratique non‐normative qui offrait la possibilité de rencontrer, d’abord par le toucher et le mouvement – puis par les mots – des « autres », et de construire et déconstruire avec eux le monde.

Chemin faisant, elle s’est dotée de différents outils pour approfondir ses pratiques de danse et d’accompagnement : une formation de « Danse et Thérapie du mouvement » (avec notamment les outils de la psychopédagogie perceptive et de la fasciathérapie de Danis Bois), le D.U. « Danse et éducation somatique » de Paris VIII, une formation en Entretien d’Explicitation qui s’est trouvé être l’outil qui lui manquait pour accompagner la mise en mots de l’expérience des danseurs. Depuis elle est un membre actif du GREX (www.grex2.com), groupe de recherche sur l’explicitation fondé par Pierre Vermersch.

Le D.U. « Médecine, méditation et neurosciences » de Strasbourg est venu plus récemment compléter ses connaissances pratiques et théoriques sur l’attention – notamment dans les pratiques méditatives.

Et enfin tout dernièrement, Catherine s’est formée en hypnose ericksonienne pour tenter de mieux comprendre les liens entre imagination, perception, langage et relation, et la manière dont ils influencent les mécanismes de création, d’apprentissage et de changement.