Impro & coquillages 2021

– du 10 au 16 juillet 2021 / from 10st to 16th of july 2021 –

 

S’inscrire!

Crédit photo : Catherine Kych (Rencontre 2020)

Une semaine d’improvisation dansée et de recherche en bord de mer!!…

Il y aura des débuts de journée pour profiter des joies de la Bretagne l’été (plage, balade, visite, farniente, pique-nique …), des débuts d’après-midis pour déplier et tisser ensemble nos curiosités, des après-midis pour rencontrer les univers des enseignants invités et des soirées pour jamer joyeusement!

Ce sera à nouveau cette année sur la commune de Trévou-Tréguignec, en bord de mer. Nous serons accueillis en alternance dans deux grandes salles (de 300m² et 800 m²), à 10 minutes à pied de la plage de Trestel et de Port Le Goff et à 5-10 minutes à pied de différents camping, air de camping-cars et supérette. Bref, tout sera accessible à pied, si vous vous logez dans ce périmètre !… 🙂

Voici ce à quoi nos journées vont ressembler :

Matinées et déjeuners : programme à inventer, mais hors studio en tout cas

– de 13h à 15h : Cet espace sera dédié aux laboratoires et formats immersifs, facilités et/ou auto-gérés (si des élans émergent en ce sens). Nous y questionnerons les expériences que nous aurons traversées la veille lors des ateliers et des jams, les déplierons, les articulerons les unes avec les autres. Nous leurs laisserons le temps de porter leurs fruits et de s’intégrer à nos paysages intérieurs, personnels et collectifs. Les facilitateurs se chargeront de créer un espace de co-recherche confortable, stimulant et créatif. Chacun pourra y faire son propre chemin, suivre celui d’un autre, en inventer un nouveau ensemble ou encore prendre le temps de contempler le paysage du moment…
– 15h -18h : Atelier. Chaque jour un binôme d’enseignants proposera une matière à explorer, en lien avec la thématique de la semaine (cf. ci-dessous)
– 18h-18h30 : Dyades (2x15min). Pratique d’écoute et de partage à l’oral et en binômes tournants, pour déposer et élaborer une expérience en présence de quelqu’un d’autre.
– 18h30 – 19h30 : Repas
– 19h30 – 22h30 : Jams
Le 10 juillet, pour vous laisser le temps d’arriver tranquillement de vos contrées lointaines, nous nous retrouverons à partir de 16h30 (pour un cercle d’ouverture à 17h30) qui sera suivi d’un temps de repas partagé et d’une jam jusqu’à 22h30!

 

Pour vous donner déjà un peu l’eau à la bouche, voici un petit texte qui trace les contours du territoire de recherche de cet été:

Il est fantastique de constater le très grand nombre d’actions quotidiennes  qui peuvent être visées et réalisées directement avec une très grande efficacité. Respirer, boire un verre d’eau, dans une tasse, un bol, une bouteille, marcher jusqu’à une porte, l’ouvrir, mettre un pantalon de danse, sourire, parler, fredonner… tout le bruissement de ces minutieuses mélodies d’accordage au monde.

D’autres buts semblent se révéler plutôt réfractaires à ce genre de stratégies directes et volontaires.

On imagine bien, que tirer sur une plante pour la faire grandir aurait plutôt comme conséquence de l’arracher et d’annihiler ainsi définitivement l’espoir de la voir grandir. Ainsi en va-t-il probablement de tout ce qui nous pose problème, ce qui nous résiste, ce qui impose son rythme, ce qui ne fonctionne pas, ce que nous n’arrivons pas à faire ou à apprendre malgré nos efforts répétés, ce qui “déchire” la trame mélodieuse et accordée de nos gestes.

Si la volonté et la maîtrise ne nous sont, dans ces occasions de petites ou grandes tempêtes, d’aucune aide, que faire dès lors ?

… nous défocaliser de notre objectif, pour prendre en compte une plus grande quantité de paramètres de la situation et passer d’un paradigme de causalité linéaire à un paradigme de causalité circulaire. Nous avons l’espoir qu’en apprenant ainsi à reconnaître en quoi nous faisons partie intégrante des dynamiques du vivant, du tissu perçu-percevant, nous apprenions à cultiver une manière d’être au monde et d’être en relation, plus écologique et plus « intelligente ».

Nous faisons l’hypothèse que notre habitude d’instrumentaliser le monde (les autres, le vivant, le temps, nous-même, …) ait des conséquences à de multiples niveaux – micro et macro – de la manière dont nous nous adressons à nous-même pour danser, ou dont nous prenons ou pas en compte le consentement de notre partenaire, à la manière dont nous exploitons notre environnement.

Et si notre tâche la plus importante aujourd’hui, en ces temps de crises multiples, était d’apprendre à penser et à agir autrement, depuis un « tissage horizontal d’égards ajustés » ?

 

L’EQUIPE

Catherine Kych danse depuis plus de trente ans (danse classique et contemporaine, mouvement sensoriel). En 2007, à la recherche d’espaces de liberté, de jeu et de partage, elle a plongé dans le contact improvisation et s’est enthousiasmée pour cette pratique non‐normative qui lui offrait la possibilité de rencontrer, d’abord par le toucher et le mouvement, des « autres », et de construire et déconstruire avec eux le monde.

Chemin faisant, elle s’est munie d’outils pour faciliter l’accès à une conscience réfléchie de l’expérience. Depuis elle est membre du GREX ( www.grex2.com), groupe de recherche sur l’explicitation fondé par Pierre Vermersch, qui travaille à de forger des outils et une pensée de la psycho-phénoménologie. Le D.U. « Médecine, méditation et neurosciences » de Strasbourg est venu compléter ses connaissances pratiques et théoriques sur l’attention – notamment dans les pratiques méditatives. Et enfin cette année, une formation en hypnose ericksonienne a complété sa compréhension des mécanismes de changement, d’apprentissage et de création, ainsi que celle des relations entre croyances, imagination et perception.

 

 

Formée en Life Art Process en Californie auprès d’Anna Halprin, Céline Robineau, danseuse et pédagogue, aime utiliser le mouvement dansé, la poésie, la peinture, le dessin comme des reflets les uns des autres. Elle s’inscrit dans un processus d’apprentissage et de recherche permanent au travers du Contact Improvisation qu’elle pratique et enseigne avec joie, curiosité, ferveur et rebonds. Elle a co-fondé “l’Oeil et la Main”, association consacrée au développement du contact improvisation et des pratiques et savoirs affiliés et organise, entre autres, des Rencontres de Contact Improvisation. L’eau la fascine, elle aime y perdre ses repères, trouver de nouveaux appuis et relation au monde qu’elle transmet dans des stages. Elle partage ses danses avec des êtres et affectionne particulièrement la nature comme lieu de ressourcement et de danse, seule ou en ateliers avec d’autres. Elle recherche et créait des formes au sein de collectifs d’artistes pluridisplinaires sur des thèmes tels que la gentrification, le geste d’amour en espace public, la communication interespèces… Actuellement, 2 pièces sont en cours de création, l’une sur le néolibéralisme, l’autre, en solo, sur le corps de la femme.

 

 

Defne Erdur (TR / FR) est formée en danse contemporaine (PhD), sociologie (MA), art-thérapie expressive intermodèle, thérapies corporelles (libération des tissus profonds, point de déclenchement et mouvement, thérapie craniosacrée intégrative), méditation et guérison des traumatismes (Somatique Experiencing, psychologie somatique intégrale). Elle est la co-fondatrice et rédactrice de idocde.net.

En 2016, elle a terminé sa thèse de doctorat en Turquie (« Enseignement de la danse sur la ligne transitive entre vie et art : contributions de la technique, méthodologie et pédagogie du contact improvisation au développement physique, artistique et psycho-social des danseurs amateurs »). En 2017, elle a co-publié mindthedance.com: A Guide / Movement to Document Contemporary Dance / Movement Teaching, à la suite du projet REFLEX Europe.

Outre sa pratique privée, elle enseigne régulièrement à ImPulsTanz ( Festival international de danse à Vienne), au conservatoire d’État MSGSU d’Istanbul, aux associations CI-Turkey, ElimSende et ÇATI. Elle donne également ses ateliers (Hunting Gathering Cultivating, Every Body Knows, Mind the Body, and Incodying Consent) à travers le monde (Tanzhaus Zurich, Konservatorium Wien, Mandala İstanbul, Kuala Lumpur, Vienne, Berlin et Freiburg CI Festivals…), en collaboration avec différentes populations (déménageurs professionnels et amateurs, thérapeutes, femmes et enfants et jeunes migrants).

Sa pratique d’enseignement du mouvement est principalement informée par ses entraînements intensifs avec Simone Forti, Julyen Hamilton, John Britton, Nancy Stark Smith, Daniel Lepkoff, Kirstie Simson, Nita Little, Frey Faust, Keith Hennessy, Aydın Teker, Marcia Plevin et Julia Buckroyd.

 

Emma Bigé enseigne, traduit, écrit et improvise avec des danses contemporaines expérimentales et des philosophies queer& trans*féministes. Elle est tombée amoureuse de certaines pratiques expérimentales de danse en Europe et aux Etats-Unis avec Steve Paxton, Lisa Nelson, Nancy Stark Smith, Matthieu Gaudeau et de nombreuses autres, ce qui l’a mené à devenir commissaire d’exposition, et à développer des installations visant à renommer les savoir-sentir et les savoir-penser venus de la performance et des danses improvisées. Son obsession, en ce moment: trouver, dans la danse et ailleurs, les ressources somatopolitiques pour mobiliser nos sensibilités aux créatures autres et plus-qu’humaines. Agrégée et docteur en philosophie, elle a notamment publié Gestes du Contact Improvisation (Musée de la danse, 2018) et dirigé une monographie dédiée à Steve Paxton, Steve Paxton: Drafting Interior Techniques (Culturgest, 2019). Elle est en ce moment professeure d’épistémologie à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence. Le reste du temps, elle s’efforce de préparer la révolution, et en attendant le grand soir, elle roule par terre.

 

Comédien-Danseur-Professeur de la Technique Alexander, Matthieu Gaudeau travaille comme interprète de 1997-2015 au sein des compagnies de spectacles vivants et de collectifs. Entre 2004 et 2006, il co-dirige le collectif « La Gouttière » au sein duquel il développe un travail de théâtre-danse performatif et d’écriture. Il se forme à la technique Alexander entre 2009 et 2013 et commence à repenser son enseignement et sa pédagogie en s’appuyant sur les principes d’inhibition et d’attention dirigée. Il se passionne pour l’organisation du geste humain et les relations entre attention et posture. De 2013 à 2016, il travaille au centre Etimoë auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Depuis 2014, il participe au projet ICI et ICrEA ( projet danse et neurosciences, CNRS ); membre fondateur il joue un rôle central dans le développement des protocoles expérimentaux autour de l’attention et l’attention conjointe.

Le musicien

 

Page Facebook : https://fb.me/e/8RA8srpiJ

Formulaire d’inscription: https://forms.gle/Y42AoBY9aF4U2dkQ6

Lieu: Salle des sports, rue du stade, 22660 Trévou-Tréguignecc (samedi, dimanche et vendredi)

Salle polyvalente, 36 bis rue de la Mairie, 22660 Trévou Tréguignec (lundi, mardi, mercredi et jeudi)

Tarifs: 220€ tarif normal /  200€ tarif réduit / 240€ tarif de soutien (pour soutenir les tarifs réduits)

Conditions d’annulation : Dans le cas d’une annulation de votre part jusqu’au 10 juin 2021, la moitié du montant versé vous sera remboursé. Dans le cas d’une annulation de votre part après le 10 juin 2021, nous n’effectuerons plus de remboursement.
Une exception : en cas d’annulation de votre part ou de notre part pour raisons liées à la pandémie de covid, l’intégralité du montant du stage vous sera reversée, sauf les 20€ de frais d’inscription, qui resteront acquis à l’association.

Pour s’organiser, un groupe fermé FB: Une fois inscrit, vous pourrez, avant l’évènement, chercher d’autres participants pour partager un hébergement ou un moyen de transport. Et pendant l’évènement ce sera l’endroit où proposer de partager votre programme (danse à la plage, randonnée sur les sentiers des douaniers, déjeuner à la crêperie, etc…

Télécharger la fiche récapitulative des lieux d’hébergement, des transports, des marchés, des lieux à visiter, etc… dans la région!!  -> infos pratiques

 

Un grand merci à Sarah Chauliaguet pour avoir su capter avec tant délicatesse ces moments suspendus!