Laboratoires du tactile

Conférence – ateliers & Jams de contact improvisation

 

Contact Improvisations at SF Moma 1976 Photo Uldis Ohak Archive Nancy Stark Smith

 

Forme de danse expérimentale née dans les années 1970 à New York, le Contact Improvisation fête cette année ses 50 ans. À cette occasion, la Briqueterie accueille trois conférences-ateliers en invitant un·e théoricien·ne et un·e danseur·euse à partager un temps de studio pour penser et bouger ensemble.

L’idée : renommer et explorer les savoir-sentir des corps en contact. À l’ère de la distanciation sociale, nous nous demanderons : qu’apprenons-nous à nous toucher ?

 

Informations pratiques‍:

De 10h à 13 h : conférence – ateliers
De 14h30 à 17h30 : jam de contact improvisation

Tous niveaux, débutant·e·s bienvenu·e·s !

Tarifs:
10€ la journée entière 5 € la jam uniquement
Sont prioritaires les personnes qui s’inscrivent à la journée

En savoir + et inscription
arina.dolgikh@labriqueterie.org / https://www.labriqueterie.org/agenda/laboratoires-du-tactile

 

 

  • Samedi 29 janvier 2022 de 10h à 17h30 : Anouk Llaurens & Emma Bigé

Toucher/ être touché·e – les arts de la zone de contact

 

Nous pratiquerons la réciprocité du toucher en duo, à travers un score de la danseuse nord-américaine Lisa Nelson. Dans cette étude, chaque sujet est considéré comme un environnement : j’explore l’autre par le toucher et je m’explore moi-même à travers le toucher de l’autre. À mesure que je perçois comment le monde me touche, la distinction entre sujet et objet, moi et l’autre, tend à s’adoucir, et parfois à disparaître.
Cette pratique peut être l’occasion d’explorer les zones de contact, ou zones de friction, qui remettent en cause l’habitude de croire à l’évidence de la distinction entre moi & le monde. Une promesse compost-humaniste peut se glisser dans ces zones ambiguës : celle de penser l’humain comme humus, comme terreau pour d’autres mouvements que les siens.

Anouk Llaurens est danseuse, chercheuse, pédagogue et shiatsu, engagée dans des pratiques attentionnelles depuis sa rencontre avec le travail de Lisa Nelson en 1998. Sa danse et son questionnement se nourrissent aussi de la longue et passionnante collaboration avec le chorégraphe et artiste visuel belge Julien Bruneau (2010 -…). A travers une recherche sur la « Documentation poétique de l’expérience vécue » (2013 – 2020) et en dialogue avec Sonia Si Ahmed, Anouk s’est intéressée à la notion « d’expérience comme document » et a développé des  « documents poétiques  » sous la forme de performances et de pratiques participatives.  » Replays, variations sur les Tuning Scores de Lisa Nelson  »  (2021 – …) est l’intitulé de sa nouvelle recherche, qu’elle découvre en dialogue avec Emma Bigé. Anouk partage sa perspective sur l’improvisation, la composition et la pratique artistique au Conservatoire Royal d’Anvers. Elle présente aussi ses recherches lors de festivals tels que ImPulsTanz, Warsaw CI FLOW et Freiburg Contact Festival. Elle est diplômée du programme post-master a.pass à Bruxelles (2016) et du CNDC d’Angers (1992). Elle vit à Bruxelles.

 

Emma Bigé enseigne, traduit, écrit et improvise avec des danses contemporaines expérimentales et des philosophies queer & trans*féministes. Ancienne étudiante de l’École Normale supérieure, agrégée et docteure en philosophie, commissaire d’exposition et danseuse, elle développe des installations et des textes visant à renommer les savoir-sentir et les savoir-penser venus de la performance et des danses improvisées. Elle a notamment dirigé l’exposition itinérante Gestes du Contact Improvisation (Rennes, Musée de la danse, 2018) et une exposition rétrospective dédiée à Steve Paxton (Lisbonne, Culturgest, 2019). Co-éditrice de livres sur l’improvisation en danse (Steve Paxton: Drafting Interior Techniques ; La perspective de la pomme. Histoires, politiques et pratiques du Contact Improvisation), et membre de la collective de rédaction de la revue Multitudes, elle est actuellement professeure d’épistémologie à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence. À la recherche de manières de célébrer des formes rares de tendresse entre les mammifères humains et les autres créatures de Terra, elle vit entre Lisbonne, le Périgord et Marseille, et dès qu’elle peut, elle roule par terre.

 

 

  • Samedi 30 avril 2022 de 10h à 17h30 : Alice Godfroy & Patricia Kuypers

Infos à venir

 

 

  • Samedi 4 juin 2022 de 10h à 17h30 : Jérémy Damian

Infos à venir